La chapelle Sixtine

Faisant partie des salles au sein des palais pontificaux du Vatican, la Chapelle Sixtine est en même temps un Musée. Elle se caractérise d’ailleurs par les fresques dessinées sur sa voûte.

Histoire de la chapelle

Appelée autrefois Chapelle de Sixte, la chapelle Sixtine était gérée par le pape Sixte IV della Rovere. Il s’agissait d’une salle qui était censée remplacer la Capella Magna, alors tombée en ruines. C’est à cet endroit que le pape organisait des liturgies, recevait des ambassadeurs ainsi que la cour pontificale. D’un autre côté, c’était également une manière de marquer le redressement de la force chrétienne, notamment face aux différentes seigneuries comme Florence ou encore les Turcs de Mehmed II.

Ce qui caractérise la chapelle Sixtine

Indubitablement, la chapelle Sixtine est l’une des plus grandioses au monde parmi les églises chrétiennes. En effet, elle se caractérise par ses fresques peintes sur la voûte en berceau. Autrefois décoré avec un ciel étoilé, ce plafond a été rénové lorsque le pape Jules II se rendit compte d’une fissure désagréable à l’œil. Il chargea alors Michel-Ange de réaliser une fresque sur ledit plafond, ce dernier étant empli de doutes.

fresques peintes

En effet, il craignait de ne pas être à la hauteur de ce chantier parce qu’il était surtout sculpteur et qu’il n’avait aucune expérience en tant que peintre et ni pour faire la peinture du plafond. De plus, il estimait que sa première idée – réaliser une peinture représentant les douze apôtres sur des pendentifs – était indigne d’une bâtisse de telle envergure.

Une voûte exceptionnelle

Sans aucun doute, c’est la voûte de cette chapelle qui marque le plus les esprits. Au final, Michel-Ange décida de peindre un ensemble de plusieurs fresques, avec des thèmes variés. L’on peut par exemple reconnaître la Création d’Adam, où Dieu semble tendre la main à Adam pour lui donner la vie, ou encore la Séparation de la lumière avec les ténèbres. L’on y trouvera également d’autres représentations, dont les ignudi qui ont fait couler beaucoup d’encre en raison des possibles références à des païens, selon certaines interprétations.

Michel-Ange avait fini de peindre la première moitié de la voûte en 1510, l’autre moitié fut finie vers 1512, avant que le pape Jules II n’y célèbre la messe lors de la Toussaint.

Une œuvre rare signée Michel-Ange

Michel Ange

Il faut savoir que pour la réalisation de cette œuvre, Michel-Ange a dû réaliser de très nombreux cartons préparatoires, imaginer de nombreux personnages et scènes, tout en étudiant avec minutie chaque possibilité. Il est évident que ce fastidieux travail a causé des effets importants sur sa santé, c’est pourquoi il est tout à fait possible de dire que c’était pour lui l’œuvre d’une vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *